Les chiffres clés

 

Près de 15 000 vétérinaires exercent leur spécialité en France.

  • Environ 430 vétérinaires sortent des écoles chaque année.
  • Environ 80 % d’entre eux exercent en ville.

Secteur : élevage et soins aux animaux

Rechercher un métier

 

Médecine Vétérinaire

  • Vétérinaire praticien
  • Vétérinaires des armées

Pourquoi devenir vétérinaire ?

De multiples raisons peuvent pousser à devenir vétérinaire. Pour veiller à la santé des animaux de compagnie qui occupent une place considérable dans notre société. Cela passe par la prise en compte de leur bien-être, mais aussi par l’approche de leur comportement, incluant toutes les espèces. Pour soigner nos animaux dits de rente, ceux qui contribuent à la couverture des besoins alimentaires.

Autrefois, c’était la bonne santé des animaux qui primait. Désormais, c’est la maîtrise de la qualité sanitaire et du bien-être des animaux au sein des élevages qui constituent la priorité essentielle des interventions du vétérinaire. Médecin de l’animal, le vétérinaire est aussi un ingénieur des productions animales, partenaire des milieux de l’élevage. Le vétérinaire est aussi un partenaire dans les industries agroalimentaires.

Études et diplômes

La durée des études en classe préparatoire est de deux ans.

L’admission dans les écoles vétérinaires se fait sur concours commun aux écoles nationales. On compte quatre types de concours, tous très sélectifs, différents suivant le niveau d’études du candidat et son cursus antérieur. Quelque 430 places sont en général offertes aux concours d’entrée des écoles vétérinaires. Les élèves admis sont répartis entre les quatre écoles en tenant compte de leur classement au concours et du nombre de places offertes dans les écoles.

 

BON À SAVOIR :les inscriptions sont closes fin février.

Les candidats au concours A retirent un dossier auprès d’une École Nationale Vétérinaire dès le mois de janvier.

Pour le concours B, il convient de retirer un dossier dès novembre à l’Institut National Agronomique (www.concours-agro-veto.net).

Les candidats au concours C retirent en janvier leur dossier à l'École Nationale d’Ingénieurs des Travaux Agricoles (www.enitab.fr)

Votre orientation

Le concours A

Deux ans de préparation après le bac, un bac S de préférence. C’est la voie la plus empruntée, mais aussi celle qui offre a priori les meilleures chances de succès.

 

Le concours B ou filière universitaire

Ce concours est ouvert aux étudiants inscrits en licence (L2 ou L3) à caractère scientifique, dans les domaines liés aux sciences de la vie ou aux personnes ayant obtenu une validation des acquis de l’expérience (VAE).

 

Le concours C ou filière technologique

Il est ouvert aux titulaires des BTSA (brevets de technicien supérieur agricole) analyses agricoles biologiques et biotechnologiques, BTSA analyse de conduite des systèmes d’exploitation, BTSA industries agroalimentaires, BTSA productions animales et à certains BTS ou DUT. Ce concours peut être préparé en un an dans des classes préparatoires spécifiques post-BTS, BTSA ou DUT.

 

Le concours D

Il est ouvert aux titulaires d’un diplôme d’État de docteur en médecine, en pharmacie ou en chirurgie dentaire. Peuvent également être candidats, les titulaires d’un diplôme national à dominante biologique conférant le grade de master.

Les postes sont rares dans cette voie extrêmement marginale, réservée à ceux qui s’aperçoivent tardivement qu’ils préfèrent soigner les animaux plutôt que les hommes.

 

Échec, quelles solutions ?

Vous avez échoué aux épreuves écrites de l’un des concours pour accéder à une école de vétérinaire, vous n’êtes donc pas admissible. Après examen de votre dossier scolaire par la présidence de l’université, vous pouvez éventuellement obtenir l’équivalence de la 1re année de licence (L1). Si vous êtes admissible, c’est-à-dire si vous n’avez échoué qu’aux épreuves orales, vous pouvez obtenir l’équivalence des deux premières années (L1 et L2) d’une licence sciences de la vie. Enfin, les titulaires d’un BTA ou d’un bac scientifique ayant suivi une préparation aux concours des ENV sont admis en 1re année de BTSA, sous réserve d’une appréciation favorable de l’établissement où ils déposent leur dossier d’inscription.

Métiers et débouchés

Véto des villes

30% des praticiens ont une spécialité canine. Comme les médecins, ils travaillent en grande majorité à leur compte, c'est-à-dire en libéral et en ville.

 

Véto des champs

30% des praticiens ont une spécialité canine. Comme les médecins, ils travaillent en grande majorité à leur compte, c'est-à-dire en libéral et en ville.

 

En labo

L’industrie agroalimentaire a besoin de vétérinaires pour élaborer de nouveaux produits destinés à la consommation humaine ou animale. Les laboratoires pharmaceutiques ont également besoin de ces spécialistes pour la fabrication de médicaments mais aussi pour leur commercialisation.

 

Dans le secteur public

Certains vétérinaires sont salariés de l’État et sont recrutés par le ministère de l'Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche.

  • Vétérinaire inspecteur

    • Les vétérinaires inspecteurs exercent dans les services de la santé et de la protection animale des directions départementales des services vétérinaires.
    • Ils ont en charge l’hygiène et l’inspection des animaux ou des denrées d’origine animale destinées à la consommation humaine ou animale. C’est l’École nationale des services vétérinaires (ENSV) qui assure leur formation. Les élèves vétérinaires inspecteurs sont recrutés par concours parmi les élèves des Écoles nationales vétérinaires en dernière année de scolarité

  • Technicien des services vétérinaires

    • Vous pouvez travailler dans les services vétérinaires du ministère de l'Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche en tant que technicien, placé sous l’autorité du vétérinaire inspecteur. Vous pouvez aussi exercer dans les services d’hygiène alimentaire ou dans ceux de la santé et de la protection animale. La formation est rémunérée, elle se déroule en deux ans dans un seul établissement en France, à Corbas près de Lyon.

 

La recherche et l’enseignement

Les docteurs vétérinaires peuvent occuper des postes de chercheurs dans les organismes publics comme le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), le Centre national pour l’exploitation des océans (CNEXO) mais les places sont rares. Ils peuvent également se consacrer à l’enseignement dans les écoles nationales vétérinaires.

 

Vétérinaires biologistes des armées

Ils sont environ une centaine. 80 % d’entre eux sont responsables du contrôle de l’hygiène des denrées alimentaires et de la restauration collective et 20 % s’occupent des soins et de la prévention des maladies sur les 3 000 chiens et 1 000 chevaux que comptent les armées. Les vétérinaires peuvent se présenter aux concours de recrutement dans le corps des vétérinaires biologistes des armées.

 

L’auxiliaire spécialisé vétérinaire

L’ASV est recruté par des cabinets et des cliniques privés. Il travaille surtout dans un cabinet de ville, plus rarement auprès des vétérinaires de campagne. Il assure l’accueil de la clientèle et le secrétariat, prend les rendez-vous, gère le fichier des clients. Il entretient les cages et désinfecte le matériel. Il lui arrive de seconder le vétérinaire lors d’une opération sur un animal.

 


 Source : CIDJ , www.cidj.com

Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation Mentions légales