Fiche métier

Secteur - Famille

famille Protection environnement Environnement - Aménagement de l'espace
Protection environnement

Thème

Formations Associées

  • Mastère professionnel - Systèmes écologiques, spécialité gestion intégrée des agro-systèmes
  • Ingénieur - Agronome - En agriculture - Des travaux agricoles

 

Liens utiles

Chargé études : valorisation agricole des déchets

Agronome de formation, salarié d’un Institut technique, il recherche des débouchés pour les “déchets” de la filière laitière.

Activités

  • Il mène les études nécessaires, depuis l’élevage jusqu’à l’industrie laitière, pour améliorer la gestion des effluents, leur traitement, et proposer des solutions de valorisation agronomique.
  • Les recommandations doivent tenir compte des réglementations environnementales, sans toutefois compromettre l’activité économique des élevages ou des industries de transformation.
  • Une fois déterminées les solutions possibles dans le contexte étudié, il rédige un cahier des charges et le défend devant les différents intervenants et responsables de terrain.

Conditions d'exercice

Les questions environnementales Pour convaincre des interlocuteurs parfois réticents, il faut être persuadé du bien-fondé de son action. Fibre environnementale vivement conseillée ! Envisager tous les aspects d’une problématique Chaque problème est abordé sous l’angle réglementaire, environnemental, mais aussi économique, technique… Pour ne négliger aucun aspect, le chargé d’études sait s’entourer d’une équipe de spécialistes. Travailler sur plusieurs dossiers en parallèle Nitrates, gaz à effet de serre, énergies renouvelables, effluents d’élevages et d’industries… Le chargé d’études est sur tous les fronts de l’action environnementale.

Compétences et qualités

L’environnement : une mission collective

  • Le chargé d’études cherche, pour tous les maillons de la chaîne, des solutions pour gérer correctement les effluents puis les valoriser.
  • Il aide les acteurs de la filière et les représentants de l’administration à chercher le meilleur compromis pour respecter les réglementations en matière d’environnement, tout en préservant l’activité économique.
  • Il passe du temps sur le terrain, car comment proposer des solutions si l’on n’a pas une parfaite compréhension du problème ? Chaque cas est spécifique : le contexte local, le climat ou la topographie sont autant de particularités que le chargé d’études doit intégrer. Pour cela, il rencontre les éleveurs, les industriels, les techniciens agricoles, les élus locaux, les administrations…
Une problématique globale
  • Cet agronome de formation sait s’entourer (zootechniciens, économistes, géologues, juristes) pour envisager tous les aspects de la question posée.
  • Une fois le problème étudié sous tous les angles, il rédige un cahier des charges en décrivant objectivement les contraintes, les coûts, les avantages de chaque solution qu’il propose. À lui également de présenter ses propositions aux parties concernées. C’est une chose de trouver des solutions, encore faut-il savoir les “vendre” !

Perspectives d'évolution

Le métier tend à s’étendre à d’autres déchets organiques et à d’autres filières de traitement

A noter

Plus d’infos sur : www.metiersdulait.com rubrique “métiers à la loupe/Production”

Témoignage

témoignage Jean-Baptiste, Chargé d’études valorisation agricole des déchets, Nord de la France

La gestion des déchets d’élevage, une réalité ?

“Les industriels sont plus en avance là-dessus, ils gèrent leurs effluents depuis une quinzaine d’années. Pour l’agriculture, l’évolution se fait plus lentement. Le problème vient aussi du fait que quand un éleveur améliore ses pratiques, il n’y a pas de bénéfice immédiat : le changement n’est perceptible au niveau du milieu (nappes phréatiques, atmosphère) que 5 voire 10 ans après.”


La pédagogie, une qualité indispensable ?

“Oui. Il faut savoir faire passer le message environnemental et “vendre” nos propositions. Cela passe par de nombreuses réunions, des sessions de formation et une vraie disponibilité pour répondre aux personnes qui appliquent nos solutions sur le terrain.”


Un métier qui évolue ?

“Oui. Il y a 10 ans, on ne parlait que de réchauffement climatique et des consommations énergétiques, et voilà que mes prochains projets portent sur l’émission de gaz à effet de serre dans les élevages et les économies d’énergie. C’est un sujet auquel je ne connais pas grand-chose pour le moment, mais dans quelques temps il me faudra répondre aux sollicitations des différents interlocuteurs de la filière.”



logo APECITA

Source : APECITA
Association pour l'Emploi des Cadres, Ingénieurs et Technicien de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire
1, rue Cardinal Mercier - 75009 PARIS
Site web : www.apecita.com
Adresse mél : apecita@apecita.com

Ministère de l'Agriculture, de l'Agro-alimentaire et de la Forêt Mentions légales