Fiche métier

Agent tractoriste en viticulture

Polyvalent, l’agent tractoriste intervient à tous les stades du cycle de la vigne et du sol. Il effectue les travaux mécanisés, les réglages, l’entretien du matériel et évalue leur bonne utilisation.

Activités

Les activités de l’agent viticole tractoriste sont principalement liées à l’entretien de la vigne et à la réalisation de tous les travaux mécanisés.

Au cours de l’hiver, l’agent tractoriste taille la vigne selon une méthode bien définie. Son travail peut être facilité par l’utilisation de sécateurs pneumatiques ou électriques. La taille est une étape très importante qui conditionne la qualité du vin et la durée de vie de la vigne.
Du printemps jusqu’aux vendanges, le tractoriste réalise tous les travaux mécanisés et autres. Il est chargé des travaux d’entretien du sol. Il effectue les travaux de désherbage. Il est responsable de l’application des produits phytosanitaires, ce qui nécessite une bonne connaissance des produits et le respect des normes d’utilisation, dans un objectif d’efficacité, pour sa sécurité et celle de l’environnement. Il fait de l’écimage et du rognage pour favoriser un bon équilibre végétatif.
A la fin de l’été, l’agent tractoriste participe aux travaux de vendanges. Il conduit le tracteur et la benne, et éventuellement la machine à vendanger. Il peut également participer aux travaux de cave. Tout au long de l’année, l’agent tractoriste assure l’entretien de base du matériel. Il est chargé du maintien en bon état de marche des outils. Il est amené à procéder au diagnostic des pannes, voire à intervenir dans le cas de réparations courantes.

Conditions d'exercice

Son rythme de travail et ses activités varient avec le cycle végétatif de la vigne. Sous la responsabilité du chef de culture ou directement de l’employeur, l’agent tractoriste est capable d’être autonome dans ses tâches quotidiennes entre septembre et décembre.

Compétences et qualités

Le métier de tractoriste demande de la réflexion et de la prise de responsabilités. Il doit connaître tous les travaux liés à l’évolution de la plante et avoir de bonnes bases en mécanique. Principalement sur le terrain, il apprécie le travail à l’extérieur et s’implique physiquement. Il doit être à la fois autonome et capable d’intégrer les consignes du chef de culture ou de l’employeur.
Ses activités variées nécessitent des capacités d’anticipation, d’adaptation aux différentes tâches et la prise d’initiatives.

Perspectives d'évolution

Lorsqu’il a acquis suffisamment de connaissances relatives à la vigne ou au chai et qu’il est capable d’encadrer une équipe, l’agent tractoriste peut évoluer vers un poste de chef d’équipe, voire de chef de culture. Il est nécessaire pour cela qu’il développe son sens de l’observation et sa prise d’initiatives.
Très polyvalent selon les exploitations, il est amené à participer aux travaux du chai et peut alors, à terme, se spécialiser dans ce secteur. Il doit, pour cela, approfondir ses connaissances sur la vinification et l’élevage du vin, connaître et appliquer les règles d’hygiène et maîtriser la dégustation.

A noter

les Vignerons Indépendants : www.vigneron-independant.com les Vignerons Coopérateurs de France : www.vignerons-cooperateurs.coop

Témoignage

témoignage Nicolas Malbert, Agent tractoriste en Gironde

Quels sont votre formation et votre parcours professionnel ?

Après un brevet d’études professionnelles agricoles (BEPA), j’ai suivi un Bac pro viticole par alternance. Le domaine qui m’a accueilli comme apprenti m’a embauché à la fin de ma formation. Durant 9 ans, j’ai été chauffeur de tracteur et assistant du chef de culture. Puis j’ai été recruté par un autre domaine viticole, toujours comme tractoriste.


Quel est votre travail au quotidien ? Qu’est ce qui vous plaît dans ce métier ?

Je conduis les tracteurs pour tous les travaux de la vigne : travail du sol, traitements, semis entre les rangs, etc. Je réalise également les petits entretiens du matériel. Nous sommes trois à exercer ce métier sur le domaine pour une surface de 60 hectares. J’apprécie de travailler en plein air au milieu des vignes. C’est également un métier technique qui nécessite de la précision et est en perpétuelle évolution. Par exemple, le domaine sur lequel je travaille se reconvertit vers l’agriculture biologique, ce qui oblige à adopter de nouvelles techniques.


Quels seraient vos conseils pour un jeune qui veut faire ce métier ?

La première condition est d’aimer la technique, le matériel agricole et ne pas avoir peur des conditions météo. Il faut également être curieux pour se tenir au courant des évolutions et ne pas oublier que c’est un travail de précision.



logo ANEFA

Source : ANEFA
Association Nationale pour l'Emploi et la Formation en Agriculture
9 rue de la Rochefoucauld - 75009 Paris
Site web : www.anefa.org
Adresse mél : infos@anefa.org

Ministère de l'Agriculture, de l'Agro-alimentaire et de la Forêt Mentions légales